Basse Californie

Mexique, mon amour,

8 ans, c’est le temps qu’il nous aura fallu pour retrouver un pays cher à notre cœur, le Mexique. Pour cette nouvelle expérience, nous nous sommes rendus en Basse Californie du sud, une des rares régions que nous n’avions pas encore explorée durant notre premier périple de 2 mois.

Certes, tout cela ne nous rajeunit pas, mais quelle joie de retrouver le pays qui nous a donné le virus du voyage. Une petite boucle de 15 jours nous aura donné un aperçu assez éloquent de cette région sauvage ou les forêts de cactus sont reines. Enfin sauvage, pas pour tous les endroits, Cabo San Lucas, n’a rien de paisible et de verdoyant, mais cela reste une bonne adresse ou poser son sac durant 2 ou 3 jours pour profiter de la plage et des fiestas gigantesques, après on arrive vite à saturation dans cette station balnéaire américanisée ou alcool et billets verts permettent toutes les folies (sexe, drogue et rock’n’roll baby). Pour notre part, on a pris l’option alcool coulant à flots (pire gueule de bois de toute ma vie), une bien mauvaise idée quand l’air extérieur avoisine les 38 degrés et les 80 % d’humidité (on a surtout visité notre chambre d’hôtel ce jour-là).

Cabo San Lucas – El Centro

Je vous rassure, nous ne sommes pas venus à Cabo dans l’optique de se saouler, on avait aussi d’autres plans en tête, tels que prendre le bateau pour se rendre sur la pointe la plus extrême du Mexique, El Finisterio (ou El Arco). Outre son arche magnifique, la pointe de la basse-californie, cache en son cœur deux magnifiques plages, la playa del amor et la playa del divorcio. Sachez que ces appellations non-rien à voir avec une histoire d’amour qui finit mal, ces dénominations sont justifiées par la présence de la paisible mer de Cortès d’un côté et du puissant océan pacifique de l’autre. Autant dire que le débarquement ne se fait pas du côté pacifique.

El Finisterio
Playa del Amor
Playa del Divorcio

Quartier d’été,

Après la folle Cabo, notre arrivée dans le petit village de pêcheurs de Todos Santos fut un havre de paix durant 3 jours. Nos journées furent rythmées par un gavage incessamment de tacos aux fruits de mer et plages désertiques.

Todos Santos – El Centro
Playa San Pedrito
Playa Los Cerritos

Le grand retour des plages paradisiaques,

Nos bagages se sont posés quelques jours sur la plus grande  ville de basse californie, La Paz. En elle-même, la ville ne revêt pas grand intérêt, mais ce fut une étape obligée pour se rendre dans les réserves naturelles et protégées aux alentours.

La Paz – El Centro

Premières fois,

Être à la Paz, signifie se rendre sur Isla Espiritu Santos, un paradis sauvage au large de la ville. Une journée d’excursion est nécessaire pour visiter l’endroit.

Pour nous, cela a été l’occasion de faire de nouvelles expériences aquatiques, nager avec un requin baleine et des otaries, mais aussi assister au détournement d’une règle d’or maritime. Notre bateau est tombé en panne, bien entendu dans ces cas-là, la radio est forcement HS et la boite de fusée vide, notre capitaine a eu beau héler d’autres bateaux ceux-ci n’ont pas daigné venir nous secourir (comme un sentiment de Costa Concordia) mais on a pu conter sur notre Mac Gyver-Capitaine pour réparer le moteur avec un élastique.

Isla Espiritu Santos
Playa Balandra

Mode Pekín express enclenché,

Qui veut se rendre dans la réserve de Cabo Pulmo doit s’armer de patience ou être un champion toute catégorie de l’autostop, car le bus climatisé s’arrête au milieu de nulle part, à 21km de notre destination.

Deux options s’offrent à nous, marcher sous un soleil de plomb durant 21 km (avec 20 kilos sur le dos, sinon, c’est trop facile), solution finalement vite avortée, ou sortir le pouce, solution on ne peut plus judicieuse, enfin si on oublie toutes les histoires sur l’auto-stop, oui, je sais, je suis une flipette. Étrangement pour cette première, cela a fonctionné, les âmes sont généreuses dans ce no man’s land, deux pick-ups et des bières gentiment offertes par nos chauffeurs plus tard,  nous sommes arrivé à bon port.

On n’arrive pas dans ce petit paradis perdu pour ses spécialités culinaires   (empanadas de poisson et fromage, pouah, qui a eu la vilaine idée de mixer ces deux ingrédients), mais pour explorer la faune aquatique de cette réserve sous-marine. Quelques pesos plus tard nous voilà sur le bateau pour faire du snorkeling avec les bancs de poissons, les otaries et découvrir les récifs coralliens vivants de cette réserve.

Cabo Pulmo

Du pain du vrai,

La chance nous a sourit deux fois quand nous nous sommes rendus à San José del Cabo, la première car une sympathique américaine a décidé de nous amener directement à notre prochaine étape (c’est quoi 100km de plus ou de moins) et la seconde car nous avons été déposé devant une véritable boulangerie française (par ici le pain au chocolat).

Hormis les restaurant et cette BOULANGERIE, San José del cabo n’est pas une fabuleuse destination touristique sauf peut être pour les amateurs d’art, je n’ai jamais vu autant de galerie au mètre carré.

San José Del Cabo