La Havane

Havana Club,

Petite parenthèse avant de vous livrer notre premier article, nous savons que beaucoup ont rêvé ou imaginé Cuba, je dois vous dire que pour nous, il n’existe pas d’idéal à se rendre dans un pays sous quelconque oppression d’un régime dictatorial. Cuba n’est pas un paradis pour cul-blanc en manque de soleil et de dépaysement. Il y existe de profondes blessures que nous nous devions d’entendre et de voir tout au long de notre séjour. Cette fois-ci, nos articles auront un arrière-goût de rhum frelaté. Mais cela reste notre sentiment sur la situation de l’île et de ses habitants, je suis certaine que vous entendrez avec joie le récit d’autres voyageurs qui ont été enchantés de s’y rendre, et même si nous avons un sentiment partagé, sachez que c’est une destination inoubliable et qui vaut vraiment la peine de s’y attarder.

Quittant le temps maussade de Cancun, nous prenons l’avion direction Cuba, une heure plus tard, nous débarquons pour notre plus grand plaisir pour un mois de rencontre et de culture, sans savoir à quoi nous entendre, car comme toujours, nous ne planifions rien.

Le ton est donné, dès notre arrivée dans notre casa particular, un groupe de polonais assoiffés (oui, je sais cela est un pléonasme) nous invite à se joindre à eux (pour rappel, le dernier moment où j’ai regardé l’heure, celle-ci indiquait 17h), les bouteilles de rhum sont descendus tellement vite que je suis devenu bilingue en une soirée et experte en Cuba Libre, je crois même que mon polonais s’est amélioré. Cette nuit d’ivresse derrière nous, nous avons exploré notre quartier de l’Havana Centro et le malecon.

 Habana Centro
Malecon

Direction le musée de la révolution pour un petit cours d’histoire à la mode castriste. Bien qu’il soit une ode au régime, l’expérience n’en fut pas moins intéressante et nous a permis d’entrevoir un peu plus clairement l’après-révolution.

Habana Vieja – Museo de la Revolucion 

Nous avons exploré la Havane durant 5 jours, rythmés par des rencontres, du farniente, du rhum et de la musique. Nous sommes directement tombés sous le charme de cette ville entre modernité (oui, oui, il n’y a pas que de vielles voitures américaines et russes, il y a aussi quelques européennes), reconstruction et destruction. À l’image de ses habitants, la capitale du pays est chaleureuse et magnifique.

Bien qu’à cet instant précis, nous n’avions pas encore pris conscience de l’ampleur des difficultés de la vie à Cuba, ces quelques premiers jours, nous, on permis d’être confronté à nos premières désillusions. La première fut celle de l’argent, n’ayant pas d’argent liquide sur nous (difficile après 4 mois et demi de voyage), j’entends par là des euros (car le dollar est fortement taxé), retirer avec une carte Mastercard (mais aussi Visa) est une sacrée galère. Après plus d’une heure et demi d’attente, nous avons pu effectuer notre premier retrait à l’aéroport. Nous avons pu effectuer les autres après avoir écumé 3 banques et 2 maisons de change en ville (soit perdre une demi-journée) après à vous de vous débrouiller avec les CUC (monnaie pour les étrangers) et les COP (peso cubano).

Petit point sur l’argent à Cuba, il y a quelques années l’étranger ne payait qu’avec des CUC (1 CUC = 1 $), aujourd’hui, vous pouvez payer avec les deux monnaies (de même pour les cubains). Pensez à changer une petite somme de CUC régulièrement (environ 10 CUC à chaque fois) dans n’importe quel bureau de change (1 CUC = 25 COP) car dans la rue le taux est moins intéressant et je dis bien une petite somme, car cet argent ne vous servira qu’à manger et acheter quelques produits, de plus vous perdriez au change si vous en avez trop.

Autre point intéressant, nous avons rencontré quelques voyageurs décontenancés de payer autant pour une pizza ou des pâtes (prix compris entre 5 et 10 COP soit entre 15 ou 35 centimes d’euros) car ceux-ci ont payé avec des CUC et non des COP, sachez que toutes les petites échoppes affichent leurs prix en COP et non comme au restaurant en CUC. Dans tous les cas, ils peuvent vous rendre la monnaie sur des petits billets (des fois difficiles sur 10 ou 20 CUC, réserver les pour l’hébergement et le transport). Peut être, le faite vous à chaque fois, mais vérifier votre rendu et votre addition, car jouer sur quelques CUC est monnaie courante.

Quoi qu’il en soit, être patient est une vertu à Cuba, trouver de l’argent vous prendra du temps, mais trouver de l’eau aussi, la première fois, nous avons mis 1 heure pour trouver une grande bouteille (prix allant de 0,70 à 1,50 CUC selon l’endroit, le mieux est parfois de demander à votre casa de l’acheter pour vous s’ils ne prennent pas de commission).

Vous l’aurez compris Cuba n’est pas une destination bon marché pour les backpackers, mais si vous parlez espagnol (difficile de trouver une personne parlant anglais) vous n’aurez pas de mal à négocier votre nuit ou votre transport. Nous avons payé généralement 20 CUC par nuit, soit exactement 15 CUC pour deux avec deux petits-déjeuners en casa particular. 15 est un bon prix, certains voyageurs ne payaient que 10, mais généralement les gens payent 25 sans petits-déjeuners. À Cuba, vaut mieux voyager nombreux, car c’est le même prix pour une ou 3 personnes. À savoir que les propriétaires de casa paient dans tous les cas au gouvernement 70 CUC/chambre/mois qu’elle soit vide ou non, comprenez qu’ils ne sont pas taxés sur les repas, c’est pour cela que les prix vont de 5 à 7 CUC par repas.

Même si les chambres sont un peu chères, vous y serez toujours mieux reçu que dans un hôtel (horriblement cher). Cuba est surprenante, vous poussez une porte défraîchie et vous, vous retrouver dans un palais digne des mille et une nuits, de plus, nous avons toujours été reçus chaleureusement comme si nous faisions partie de la famille.

La havane fut fidèle à ce que nous étions venus chercher, nous voulions nous imprégner de ce pays magnifique avant qu’il ne change de manière définitive, même si les cubains n’y ont jamais crus. Cette ville a vraiment ce parfum d’exotisme et cette puissante odeur de cigare qui nous à fait oublier le régime castriste un instant, pour laisser place à  la chaleur de ses habitants et à leurs sourires.

Comme nous l’entendrons durant 1 mois,  bienvenidos à Cuba.

Calle de la Habana Vieja 
Calle Obispo
Plaza de Armas
Plaza de la Catedral
Museo de la ciudad 
Calle Mercaderes
plaza san francisco de asis 
Plaza Vieja
Tour Bacardi 
El Capitolio Nacional 
Vedado